La revue des littératures pulp
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez
 

 LA PECHE A LA LUNE ( suite et fin)

Aller en bas 
AuteurMessage
aubert



Nombre de messages : 6
Age : 49
Localisation : narbonne
Date d'inscription : 14/09/2010

LA PECHE A LA LUNE ( suite et fin) Empty
MessageSujet: LA PECHE A LA LUNE ( suite et fin)   LA PECHE A LA LUNE ( suite et fin) Icon_minitimeMar 1 Mar - 20:02

- - Mac, nous avons été attaqués par…par une bande de…je réalisais soudain toute l’invraisemblance de ce que Sully et moi avions vécu et combien la vérité nous serait préjudiciable. Je jetais un coup d’œil rapide à mon camarade d’infortune et considérais non sans une certaine tristesse la solitude à laquelle sa différence l‘avait déjà condamné. Je pouvais imaginer sans mal le sort qui lui serait promis par l‘opinion locale si le récit de nôtre aventure s’attachait trop à la vérité. J’improvisais, n’en déplaise aux amateurs de faits étranges, une invraisemblable mais acceptable histoire d‘opossums rendus colères et irritables de par l‘influence lunaire. Je jugeais nôtre état par trop piteux pour qu‘une fable aussi légère put emporter quelque suffrage de crédulité. Pensant bien faire, j’ajoutais que Betty, elle-même, se ferait sans doute prier pour accepter nôtre mésaventure comme argent comptant.
- - Là dessus mon vieux, entièrement d’accord avec vous, Betty ne sera
- - pas des plus facile à convaincre croyez moi…C’est à sa demande
- - que je me suis mis à vôtre recherche….
Détail rarissime et déroutant chez cet homme d’ordinaire réservé, on devinait une pointe d’ironie dans le ton de sa voix. Il fallait bien admettre que dans le registre haut en couleurs des comédies de théâtre, les scènes de ménage ont toujours eu la faveur du public. Pour ma part, la farce n’avait que trop duré et pour l’heure je n’aspirais qu’à retrouver la normalité rassurante de mon confort et pas un instant je ne doutais que Sully ait eu une autre requête à formuler; le bouge dans lequel il tenait ses quartiers se languissait de lui.
Par ailleurs, songeai-je, depuis quand les autorités ouvraient elles une enquête à la demande des épouses dont le mari n’a pas su retrouver son chemin avant l’aube?
Je connaissais assez bien Mac pour le compter au nombre de mes amis j’en profitais donc pour l’interroger sur la raison qui avait poussé Betty à faire appel à lui. Les épouses comme les mères sont dotées de ce sixième sens qui leur fait pressentir le danger, je l’admettais bien volontiers, mais de là à solliciter les services du shériff local pour quelques heures de retard je ne pouvais m’empêcher de trouver cela un peu fort de café et me promettais, selon l’expression consacrée, de remettre quelques pendules à l’heure, aussitôt que l’ordre des choses aurait repris son cours normal.
D’une pichenette Mac remonta son chapeau vers le haut de son front, je reconnaissais dans ce geste un élan de surprise et d‘agacement mal contenu.
- - Quelques heures! S’exclama-t-il mi-amusé mi-moqueur, comme
- - vous y allez…cela va faire une semaine que nous avons lancé un
- - avis de recherche pour Sully et vous! Vôtre histoire d’opossums ne
- - sera pas du goût de Betty je le crains et il partit d’un grand éclat de rire.
Je gardais le silence et la tête basse je me résignais à l’orage qui m’attendait déjà sur le perron de la maison. Sully et moi partagerions cette vérité pour le restant de nos jours ainsi que deux frères unis par elle dans le mensonge.
Deux mois plus tard, mon vieux Sully disparu sans laisser de traces, tout aussi mystérieusement et anonymement qu‘il avait vécu. Nous ne retrouvâmes rien de lui. Certains prétendirent qu’il s’était lassé du climat humide de Cleveland et avait émigré vers la Floride et les Everglades. D’autres racontèrent qu’il s’était trouvé une compagne et l’avait suivi sans même s’encombrer d’un bagage, aussi léger soit-il. Chaque nouveau récit faisait l’objet de débats plus ou moins animés, ainsi qu’il est de coutume dans les coins oubliés de tout.
J’écoutais sans me mêler jamais aux conversations. Je n’éprouvais nul besoin de partager ce que je savais et une seule chose à ma connaissance démentait tout ce qui pouvait être dit; jamais au grand jamais mon vieux Sully ne serait parti sans emporter ses chères nasses.
Betty me paraissait chaque jour un peu plus lointaine. Me confinant dans ma solitude, je consacrai tout mon temps libre à flâner aux abords de la rivière, ne rentrant qu’à regret pour partager le gîte et le couvert avec cette étrangère qu’elle me semblait être désormais.
Les mois ont passé, je ne sais plus combien exactement depuis que Sully et moi sommes allés à la pêche pour la dernière fois mais je sais que mon vieil ami m’attend quelque part de l’autre côté de la rivière et je souris à cette douce certitude.
Dehors une belle lune ronde, aussi ronde et jaunâtre qu’un lampion de carnaval se tient haut dans le ciel. La nuit serait claire et il ferait bon se retrouver au bord de l’eau pour un pêcheur de lune. J’embrassais Betty une dernière fois, en prenant soin de ne pas la réveiller et quittais la maison; c’était une de ces nuit idéale pour s en aller… à la pêche à la lune.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
LA PECHE A LA LUNE ( suite et fin)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Tobi et son plan Oeil de la lune
» Problème de fuite d'huile suite descente trottoir
» [AIDE] Probleme messagerie vocale virtuelle orange suite au passage à Froyo
» Lune diurne
» [Neville, Katherine] Le Feu Sacré (suite de "Le Huit")

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Black Mamba :: Les goûts et les couleurs :: Vos oeuvres-
Sauter vers: